Catégories
à la une International Iran Politique

Iran : Vote4Zahra !

Z_Symbol_Real_Candidate

Aujourd’hui, on votait, en Iran !

zahra-930_scalewidth_630Et l’on parle de Zahra : candidate à ces présidentielles. Comment ? Une femme candidate aux présidentielles iraniennes ? Bon, nous y reviendrons…

En attendant, exit Ahmadinejad : la constitution ne permet pas de prétendre à trois mandats successifs en Iran. Ca, c’est fait ! Mais il y a six candidats. Pour faire simple, tout semble se jouer entre Hassan Rohani, religieux de 64 ans et candidat unique des réformateurs, et trois conservateurs qui ont refusé toute alliance : l’ex-chef de la diplomatie Ali Akbar Velayati, le maire de Téhéran Mohammad Bagher Ghalibaf et le chef des négociateurs nucléaires Saïd Jalili, ultraconservateur.

Remember 2009…

Il semblerait que la participation des réformateurs rassemblés ait été plus forte que pour les conservateurs divisés. Les bureaux de vote ont fermé pratiquement partout à 22h00 (19h00 en France) et dans le secteur de Téhéran à 23h00. En 2009 – on se souvient de ces élections… – la participation avait atteint officiellement 85 %. On parle de 70 % pour le scrutin de ce jour. Oui, 2009… La réélection d’Ahmadinejad dès le premier tour avait soulevé les partisans de deux candidats réformateurs, manifestations que le pouvoir avait durement réprimé. Depuis, ces deux réformateurs, Mir Hossein Moussavi et Mehdi Karoubi, sont toujours assignés à résidence (depuis 2011)… (Non, Mehdi Karoubi n’est pas un parent. Enfin pas direct ; peut être un lointain, lointain, lointain, lointain arrière-cousin ; et quand bien même, nous n’avons pas trop les mêmes valeurs)… Mais il est vrai que généalogiquement parlant, ce cas m’interpelle…

Mais, revenons à nos mots, là.

En haut :
Mohammad Gharazi (72 ans, conservateur modéré) – Mohsen Rezaï (58 ans, conservateur indépendant) – Mohammad Ghalibaf (51 ans, maire de Téhéran) – Gholam Ali Haddad Adel (ancien président du Parlement).
En bas :
Hassan Rohani  (64 ans, seul mollah parmi les candidats, il est considéré comme très modéré. Soutenu par le camp réformateur) – Mohammad Reza Aref (plutôt conservateur) – Ali Akbar Velayati (67 ans, diplomate) – Saïd Jalili (47 ans, soutenu par les ultraconservateurs)

Les candidats étaient effectivement huit à l’origine : deux candidats en lice au départ, Gholam Ali Haddad-Adel et Mohammad-Reza Aref, se sont depuis retirés de la course. Sans parler de Rafsandjani, ex-président, disqualifié par le Conseil des gardiens de la Constitution, le 21 mai dernier. Ce sont 50 millions d’électeurs iraniens qui auront eu finalement le choix entre ces cinq candidats conservateurs et ce seul considéré comme étant modéré : Hassan Rohani. Si aucun candidat n’obtient plus de 50% des voix, un second tour aura lieu le 21 juin.

Et Zahra dans tout ça ?

Oh, Zahra, c’est la candidate virtuelle de cette élection. Elle naquit dans un blog qui narre les tribulations d’une mère de famille recherchant sans succès son fils disparu lors des manifestations qui se sont développées lors de la réélection fort contestée, en 2009, du futur ex-président actuel, Ahmadinejad. Dessinée par un journaliste iranien vivannt aux Etats-Unis, Amir Zoltani, cette création est à ce jour traduite en quinze langues. A 52 ans, Zahra défie les mollahs. Elle dénonce les atteintes aux droits de l’Homme en Iran, les nombreux prisonniers politiques dans le pays : inutile de dire que de nombreux internautes lui ont assuré leur soutien.

Snapz Pro XecranSnapz001zahra

Un peu d’humour dans cet univers de répression, de muselage d’un peuple et avec lui, de sa jeunesse, un Iran où les bassiji* sont toujours prompts à rappeler si violemment les principes terrorisants de cette théocratie d’un autre âge privant le peuple Perse – à l’Histoire si riche, si grande, si belle – d’une liberté espérée par toutes et tous. La moitié de la population iranienne a moins de 35 ans. Combien de temps tiendra cette jeunesse avant de faire exploser ce couvercle assommant et passer enfin des ténèbres étouffants aux éclats vivifiants, régénérateurs, d’une vraie Lumière si méritée ?…

(*) Les Basidjis sont des jeunes miliciens ne portant pas d’uniforme militaire et évoluant en civil. Ils constituent une « force d’intervention populaire rapide ». Depuis l’accès au pouvoir du pasdaran Mahmoud Ahmadinejad, les Bassijis ont bénéficié du plein pouvoir sur le plan sécuritaire du pays afin d’empêcher « toute démonstration anti-théocratique ». Lors des manifestions suite à la réélection contestée d’Ahmadinejad en juin 2009, ils sont soupçonnés d’avoir tiré sur la foule des opposants, provoquant la mort de plusieurs dizaines de manifestants dont Neda Agha-Soltan. (Wikipédia)

————————————-

Mise à jour, samedi 15 juin 2013 :

(Sur Libération.fr)

Le chef de file des réformistes a obtenu 50,68% des voix dès le premier tour.

Par AFP

C’est une surprise: le modéré Hassan Rohani a remporté l’élection présidentielle iranienne, mettant un terme à huit années de pouvoir exécutif conservateur, a annoncé samedi le ministre iranien de l’Intérieur. 

M. Rohani, soutenu par les camps modéré et réformateur, a obtenu 50,68% des voix au premier tour du scrutin disputé vendredi face à cinq candidats conservateurs, a précisé le ministre, citant des résultats définitifs. (Lire la suite sur Libération.fr –>)

————————————-

Liens :

http://www.franceinter.fr/depeche-iran-un-modere-en-tete

Le Blog Zahra’s Paradise, d’Amir Zoltani

Iran : le camp réformateur soutient le candidat modéré Hassan Rohani

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

 

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.