Le Chant des Marais ou Chant des déportés

Loin vers l’infini s’étendent De grands prés marécageux Et là-bas nul oiseau ne chante Sur les arbres secs et creux Refrain : Ô terre de détresse Où nous devons sans cesse Piocher, piocher. Dans ce camp morne et sauvage Entouré de murs de fer Il nous semble vivre en cage Au milieu d’un grand désert. […]