Mefistofele à Orange

Les murailles ensoleillées d’Orange se dressaient là. Nous étions bien arrivés, ce jeudi 5 juillet, à l’occasion de l’ouverture des Chorégies 2018. En juillet dernier, déjà, nous y avions vécu, dans ce merveilleux théâtre antique, une extraordinaire Neuvième Symphonie de Beethoven. Un rêve de toujours s’était alors réalisé.

Cette année, nous y étions pour rencontrer Faust…

Et quelle rencontre !

A l’approche de la fin du jour, nous prîmes place dans le Théâtre antique. Retrouvailles.

Mephistofele, opéra en un prologue, quatre actes et un épilogue. La musique est signée Arrigo Boito (1842-1918), donné pour la première fois le 5 mars 1868, à la Scala de Milan ; le livret est une adaptation de Johann Wolfgang von Goethe. « Faust est le titre de deux pièces de théâtre de Goethe, de 1808 et 1832.

Faust est inspiré d’un certain Johann Georg Faust, alchimiste allemand du XVIe siècle, déjà héros d’un conte populaire et de pièces de théâtre de Christopher Marlowe et Gotthold Ephraim Lessing.

Goethe a travaillé sur le thème de Faust pendant une longue partie de sa vie et Faust est souvent considérée comme l’œuvre la plus importante de la littérature allemande. » (Wikipedia)

Petite surprise : le Théâtre n’étant pas complet, nous avons pu nous rapprocher de quelques dizaines de rangs, nous rapprochant de la scène de manière conséquente.

La nuit tombait sur Orange. Le Théâtre antique s’éveillait.

Nombreuse furent les adaptations qui reprirent ce thème de Faust. Entre autres : « La Damnation de Faust », de Berlioz (1846),  « Faust », opéra en cinq actes de Charles Gounod (1859), « Mefistofele », bien sûr, opéra d’Arrigo Boito (1868), sans oublier, de Franz Liszt : « Faust-Symphonie », en trois mouvements, etc.

Inutile, donc, de revenir sur l’argument, devenu universel, de cet opéra. Le Choeur était immense, gigantesque. Ils n’étaient pas moins de deux cents. A tel point que, dans sa composition,  nous retrouvions le Choeur de l’Opéra Grand Avignon, ainsi que ceux de l’Opéra de Monte-Carlo et de l’Opéra de Nice, sans oublier le Choeur de l’Académie de Musique Rainier III de Monaco. Citons également l’Orchestre Philharmonique de Radio France (le même qui s’illustra, en juillet dernier, pour la Neuvième Symphonie : il accompagnait alors le Choeur de Radio France). A la direction musicale : Nathalie Stutzmann et, à la mise en scène : Jean-Louis Grinda.

Tous de blanc vêtus, ils furent les premiers à entrer en scène. Telle une masse silencieuse qui peu à peu s’étale et s’élève dans les structures métalliques prévues à cet effet. Impressionnant.

Les solistes méritent d’être cités. Erwin Schrott, Baryton-Basse, dans le rôle de Mefistofele ; Jean-François Borras, Ténor, incarnait Faust ; Béatrice Uria-Monzon, Mezzo-Soprano : Margherita/Elena ; Marie-Ange Todorovich, Mezzo-Soprano : Marta ; Reinaldo Macias, Ténor : Wagner/Nereo ; Valentine Lemercier, Mezzo-Soprano : Pantalis.

A noter un moment pour le moins particulier, que nous pensions faire partie de l’Opéra, mais qui, très vite, a rejoint la réalité. Erwin Schrott/Mephistofele propose à Jean-François Borras/Faust de le faire voyager et, pour ce faire, l’entraîne sur une nacelle, au centre de la scène. Cette nacelle, ensuite, s’élève (tirée par quatre câbles qui se perdent dans les hauteurs du lieu). Puis, un accroc.

La nacelle, penchée, semblait bloquée sur le côté gauche. Puis elle se remit en mouvement, dans un soubresaut assez brutal, forçant les deux artistes à se précipiter de l’autre côté, afin d’équilibrer l’ensemble. Le tout se figea dans un balancement inquiétant. Plusieurs minutes s’écoulèrent. L’Orchestre était muet. La chef observait, pantoise autant qu’inquiète, l’incident aérien. Au point que nous vîmes arriver prestement un homme au devant de la scène, en costume sombre, muni d’un micro qu’il ne parvenait pas à allumer. Il n’en eût finalement pas le temps car, accompagné d’une clameur de soulagement venue du public, la nacelle engagea calmement une descente salvatrice. Enfin parvenue au sol, le portillon s’ouvrit et en jaillit un Mefistofele et un Faust à ce point soulagés qu’ils coururent tout autour de la scène laissant exploser leur joie.

Des images de France 3 :

Puis la musique s’éleva. Les artistes poursuivirent le spectacle, dans un Théâtre revenu à son art. Admirables.

Cet Opéra fut formidable. Une parfaite réussite ! Les salves d’applaudissements à tout rompre en témoignèrent largement. Bravo les Chorégies ! Bravo à toutes et à tous !

 Bene, Bene, Bene …

Crédits photos : BB

Liens :

France Musique – L’incident de la nacelle

https://www.francemusique.fr/actualite-musicale/frayeur-aux-choregies-d-orange-deux-chanteurs-en-difficulte-sur-une-nacelle-63747

Télérama – « Les Chorégies charmées par le diabolique Mefistofele »

https://www.telerama.fr/musique/les-choregies-dorange-charmees-par-le-diabolique-mefistofele,n5726039.php

If

Partir.

Partir loin, pour espérer voir du beau, de l’étonnant, du dépaysant, voilà le sens de bien des voyages. Partir loin pour s’évader. Partir loin pour mieux revenir.

Et puis, un jour, au lieu d’aller chercher si l’eau est plus bleue dans la mer d’à côté, ou encore plus loin, notre choix fut de rester tout simplement là. Après un moment maritime aux airs de croisière, impression que ce soleil estival renforçait, nous accostâmes aux abords d’une forteresse voisine.

Une véritable île forteresse, liée éternellement à une oeuvre littéraire devenue mythe. Première forteresse royale de Marseille, François Ier en fut à l’origine. Plusieurs siècles passeront, qui contribuèrent à son développement. J’ai nommé le Château d’If. Bâtisse aux trois destinées : protéger les côtes d’une invasion, couvrir les sorties et le mouillage de la toute nouvelle flotte de galères royales, et surveiller Marseille, rattachée au Royaume de France en 1480. (1)

Nos yeux découvraient un si bel édifice aux lumières imposantes, contrastant fortement avec les obscurités visibles de certains intérieurs. Le soleil n’avait pas faibli, bien au contraire. Devant nous, une vaste cour, des escaliers vers l’étage et, tout autour, trois tours : « la tour Saint Christophe au nord-ouest – qui permet de surveiller la mer, à vingt-deux mètres de hauteur. Puis les tours Saint Jaume et Maugovert au nord-est et au sud-est ». (2)

Sur deux niveaux, de lugubres cellules et cachots.

Cellule du compte de Mirabeau. Cachot dit des « condamnés à morts ».

[Public domain] Wikimedia Commons

Cellule où reposa la dépouille du général Jean-Baptiste Kléber, natif de Strasbourg, dont il lui resta, pour dernier souvenir, ces images du Caire, où il fut assassiné. Là, dans cette cellule, les illustres restes furent même oubliés de la Nation. Quarante années plus tard, on s’en souvint enfin et les honneurs nationaux lui furent rendus, dans sa ville natale. Une réalité qui aurait pu être fiction.

Au rez-de-chaussée, le mythe commence. Ici, la cellule dite « d’Edmond Dantès ». Là, le cachot de « l’abbé Faria ». Par les ouvertures, la mer, d’un bleu profond. Au loin, imposante, blanche de lumière, majestueuse, Marseille. Voici l’épicentre de l’oeuvre magistrale de Dumas. Une fiction qui s’est si bien mêlée à la réalité.

Puis nos pas nous menèrent à un endroit intéressant : le restaurant « Marseille en face ». Marseille était bien en face et la cuisine fort succulente. Avec une découverte : les kaaek libanais : de délicieux biscuits fourrés à la datte, avec de la farine à la place de la semoule (à la mode égyptienne). Bravo, le chef Bruno ! Enfin, on dit que les Marseillaises et Marseillais ne connaissent pas cet endroit. Alors, sachons rester discrets.

(Vous n’avez rien vu.)

L’îlot d’If fait partie de l’archipel du Frioul. Une nouvelle petite croisière nous conduisit vers les îles Ratonneau et Pomègues. Randonnées agréables, cheminements entre ciel et terre, avec la mer comme luxueux écrin.

Une journée idéale, exceptionnelle, à bien des égards. Véritable évasion. Réel dépaysement. Nous avons vu du beau, croisé de l’étonnant. Célébration parfaite d’un printemps enfin là, qu’il nous tardait tellement de retrouver.

En deux mots comme en cent : Molto Bene !

Notes :

1.- Mots tirés du site « http://www.chateau-if.fr »

2. – Précisions du site « https://fr.wikipedia.org/wiki/Château_d%27If »

La bière ne fait pas le moine

Variation de l’adage bien connu, figurant qu’il ne faut pas s’en rapporter aux apparences extérieures pour juger une personne – ou un objet, pour ce qui nous concerne. Objets inanimés avez-vous une âme ? demandait le poète.

C’est de bière dont il est question ici ; boisson dont certains moines ont su, par ailleurs, tirer une certaine quintessence. La bière qu’on dégustait il y a déjà 5000 ans, en Mésopotamie : des tablettes d’argile nous indiquent en effet la présence d’une boisson fermentée – dénommée « Sikaru » – élaborée à base de grains, qui était l’une des vingt variétés de bière consommées à Sumer, sous forme de pain liquide.

Plus proches de nous, c’est dans l’excellent établissement ciotaden « Le Caps », installé 29 quai François Mitterrand, que nous nous sommes retrouvés. Une équipe formidable, un accueil toujours extraordinaire, une ambiance chaleureuse et un choix de bières hallucinant que détaille un vertigineux tableau à l’entrée.

Et ce soir-là voilà ce qui nous fut servi :

Etonnant, non ? Cette expression, nécessairement chère à monsieur Cyclopède, ne doit pas détourner votre interrogation. Mais cessons de vous tourmenter ainsi. Il ne s’agit pas – bien évidemment – de monsieur et madame Guinness : la blanche est une « Corsendock Witte » (de Belgique) et la stout, une « Murène » (de Toulon). Excellentes toutes les deux. De belles découvertes qui confèrent à notre plaisir un petit supplément d’âme…

Objets inanimés avez-vous une âme, Qui s’attache à notre âme et la force d’aimer ? Qu’il s’agisse de ce breuvage, de ces verres, de cette équipe ou de ce lieu, oui, assurément : nous aimons !


Le CAPS :  Bar à bières – 29 Quai François Mitterrand, 13600 La Ciotat.

Téléphone : 0673309485

Heures d’ouverture :

  • Lundi : 17:00-00:00
  • Mardi : 17:00-00:00
  • Jeudi : 17:00-00:00
  • Vendredi : 17:00-02:00
  • Samedi : 17:00-02:00
  • Dimanche : 11:00-00:00

Références diverses :

  • Milly ou la terre natale – Alphonse de LAMARTINE
  • La Minute nécessaire de monsieur Cyclopède –  Pierre DESPROGES

Victoires d’une Courgette

Une révélation

Je me souviens fort bien de ce jour qui fut celui de cette découverte du film d’animation intitulé « Ma Vie de Courgette ». Si bouleversant. Cette histoire ô combien prenante. Ces personnages si attachants et cette animation réalisée grâce à la technique du « stop-motion ». A y regarder de plus près, on se rend compte que personnes, voitures, maisons et autres détails sont représentés de manière minimaliste, presque naïve ; c’est la vision des enfants que nous voyons. Ces enfants qu’on aimerait ne jamais plus quitter.

Date de sortie : 19 octobre 2016 (1h 06min)

Réalisateur : Claude Barras
Scénariste : Céline Sciamma
D’après l’oeuvre de Gilles Paris
Genres : Animation, Drame
Nationalités : Suisse, Français

L’origine

Quel bonheur d’avoir trouvé ensuite le livre qui fut à l’origine de ce film d’animation : « Autobiographie d’une Courgette », de Gilles PARIS, paru en 2002 chez Plon. Ce roman, réédité à l’occasion de la sortie du film, raconte la vie d’Icare alias Courgette, un jeune garçon de 9 ans qui vit seul avec sa mère alcoolique depuis le jour où son père est parti « faire le tour du monde avec une poule ». Il se cache souvent dans son grenier car c’est le seul endroit où sa mère, qui le bat tout le temps, ne peut monter pour le frapper car elle a une jambe raide depuis un accident de voiture. Au grenier, il joue avec des pommes et regarde le petit voisin qui joue avec les cochons de son père, dans le jardin (...).

Apothéose

Lors de la dernière cérémonie des Césars, le 24 février 2017, quel plaisir de retrouver « Ma Vie de Courgette » plusieurs fois nommé. Et quel bonheur d’apprendre les prix remportés :

César de la Meilleure adaptation (attribué à la scénariste Céline Sciamma)
César du Meilleur film d’animation (attribué à Claude Barras, collaboration au scénario). Le film fut également nommé pour le César de la Meilleure musique originale.

Et puis, il y eut, le 26 février 2017,  une nomination aux Oscars (89e Academy Awards 2017) : Oscar du Meilleur film d’animation (Claude Barras)
Le 04 février 2017, « Ma Vie de Courgette » connut deux nominations, aux « 44e Annie Awards 2017 » :
Meilleur réalisateur pour le cinéma (Claude Barras)
Meilleur film d’animation indépendant (Claude Barras)

Continuer la lecture de « Victoires d’une Courgette »

Morenika, jeune fille brune

Morenika, c’est d’abord une interprétation particulière. Celle de l’immense Avishai COHEN que voici :

Moi, noire et splendide, fille de Jérusalem, comme les tentes de Qédar, comme les tentures de Salomon. (1, 5)

Ne me dévisagez pas, moi, la noirâtre, moi que le soleil a regardée. Les fils de ma mère se sont fâchés contre moi ; ils m’ont mise gardienne des vignes. Mais ma vigne à moi, je ne l’ai pas gardée. (1, 6)

Ces lignes, tirées du Cantique des Cantiques, daté traditionnellement du XIe siècle avant notre Ère, évoque ainsi une fille « noirâtre, que le soleil a regardée ».

C’est vrai qu’elle était belle ; elle était brune. Ses cheveux, sa peau : sombres. La brunette, la « morena ». C’est peut-être dans l’Aragonais qu’elle et les siens vivaient. Une région dont la langue était composée d’un aragonais mâtiné de castillan. Expliquant la terminaison en « ica » du nom qui fut attribué à la belle « Morena » : Morenica.

L’union de Ferdinand II d’Aragon et d’Isabelle de Castille, en 1469, à Valladolid, provoque l’union des deux principaux royaumes de la péninsule, à la base de la création de l’Espagne moderne. Continuer la lecture de « Morenika, jeune fille brune »

Connaissez-vous NoNo ?…

Oui ! NoNo, comme le Théâtre NoNo !

Quelle découverte, le Théâtre NoNo !

Quel moment incroyable vécu samedi dernier à l’occasion de la soirée de présentation de la saison 2016-2017 !

12573166_417294191797940_5729056784373083083_n
Photo : Théâtre NoNo

En associant la scène et des projections sur grand écran, cet inventaire des futurs spectacles laisse présager une saison passionnante autant que colorée. Dans le décalage permanent, mais sans jamais sombrer dans la vulgarité, toujours dans le respect de l’autre, avec cette ambiance surréaliste, festive et joyeuse. Et cette générosité de tous les instants… Continuer la lecture de « Connaissez-vous NoNo ?… »

Side by Side

Je viens de ré-écouter sur ma platine disques cette formidable version de « Side by Side » (gravée sur l’un de mes précieux 45 tours d’époque et presque sans craquements, s’il vous plaît !…) interprétée par Ray Charles et Betty Carter (morceau qui faisait partie du disque « Ray Charles and Betty Carter », enregistré en 1960 et qui sortit en août 1961 sous le label « ABC Records ».

« Side by Side », de Harry M. Woods et Gus Kahn, est la sixième chanson de l’album et dure 2:23. Un 45 tours sortira en 1961 (c’est le nôtre !) qui contiendra, en plus de « Side by Side » : « Hit The Road Jack », « The Danger Zone » et « Together »). Il portera le numéro « ABC 45 90886 » (Label « ABC Paramount »). Deux morceaux par face ! :o) Une petite photo :

sidebyside

Continuer la lecture de « Side by Side »

Un samedi soir marseillais

Belle soirée… Sans que rien n’ait été réellement prévu, la douce température de cette fin d’après-midi engageait à la flânerie. C’est ainsi que nous nous sommes retrouvés sur ce Vieux Port métamorphosé. Une douce lumière flottait délicatement, quelques enfants qui avaient participé au carnaval de la ville jouaient aux alentours, dans leurs déguisements colorés.

Plus surprenant encore, cette structure semblable à un plafond recouvert d’un gigantesque miroir, sur toute sa surface. Il s’agit  de L’ombrière, une structure métallique de 6 mètres de haut permettant de faire un peu d’ombre aux passants et aux marchands de poissons, mais surtout de refléter le plan d’eau du Vieux Port grâce à ce plafond-miroir que l’on doit à Norman Foster, l’un des plus célèbres architectes au monde. Continuer la lecture de « Un samedi soir marseillais »

30 ans déjà…

Eh oui ! Le 24 janvier 1984 sortait le premier Macintosh :

Hello World
Macintosh 128 k

Le premier ordinateur personnel avec une souris et une interface graphique. (Ceci était une révolution)… :o) Il était équipé d’un microprocesseur CISC 16/32 bits développé par Motorola (le 68000).

Quelques aspects techniques :

Processeur Motorola 68000
Fréquence d’horloge 8 MHz
Bus système 8 MHz
Mémoire morte 64 Kio
Mémoire vive 128 Kio
Système d’exploitation Système 0.1 à 2.0

Le Macintosh a remplacé l’Apple II et son 6502 : un processeur 8 bits avec un bus d’adressage à 16 bits. (Ah mon petit Apple //e !) ;o)

Trente ans après, l’iPhone 5s, par exemple,  embarque un processeur A7 double-cœur cadencé à 1,3 GHz (1 Go de mémoire vive) dont le cœur grimpe à 64-bits…

A l’occasion de cet anniversaire, Apple a mis en place une magnifique page de commémoration que l’on trouve ici :

http://www.apple.com/30-years/

Sur cette page figure un petit film illustrant bien cette période :

 

 

Hello, Word !

Mac

Attention, série !

Vu dans le supplément du Nouvel Observateur, « Obsession » n° 14 de novembre 2013, cet article à propos de la très prometteuse série intitulée « Tunnel » déjà diffusée en Angleterre et qui débarquera sur Canal + en novembre.

tunnel

Il y a quelques jours en avant-première, j’ai eu l’occasion de visionner le premier épisode sur le site de Canal. Pour ne rien vous cacher, on va de rebondissements en rebondissements, l’intrigue se fait de plus en plus haletante, les personnages sont à la hauteur des événements qui s’enchainent. Quant à la scène finale de cet épisode, je ne vous en dirai rien. Ah non ! Terrible ! Terrifiante ! On en oublie tout simplement de respirer…

Ces personnages… Une Clémence Poésy en policière française chargée de l’enquête, entièrement impliquée par son boulot, quitte à paraître asociale. A ses côtés, Stephen Dillane, son alter ego britannique, plus âgé, tout au contraire tourné vers l’humain. L’intrigue commence avec ce cadavre découvert allongé dans le tunnel sous la Manche, exactement sur la ligne de démarcation entre la France et la Grande-Bretagne. Puis tout s’enchaîne… Canal+ a dévoilé les cinq premières minutes du premier épisode. Eh bien rien qu’au bout de ces cinq minutes il se passe quelque chose d’assez inattendu ; c’est le moins qu’on puisse dire :

A noter que  pour la première fois, Canal+ accompagne cette diffusion d’un véritable dispositif transmédia : Compte Facebook, compte Twitter, mails, et surtout le site du terroriste (www.canalplus.fr/truthterror) si l’on veut partir à sa chasse (où l’on peut également visionner ce premier épisode)…

Première diffusion le lundi 11 novembre sur Canal+ à 20h55 (à 22h20 sur Canal+ Décalé).

Lien :

http://www.canalplus.fr/c-series/pid6558-c-tunnel.html (L’espace consacré à la série sur le site de Canal+)